Pourquoi Attac s’adresse à vous ?



Avec son Manifeste altermondialiste, Attac se tourne vers les citoyennes et les citoyens. Tout donne en effet à penser que la question d’une alternative au néolibéralisme ne sera pas la caractéristique première des programmes des principaux candidats.

C’est seulement s’ils bousculent le ronron de campagnes pour la plupart calibrées au millimètre par des agences de communication que les citoyennes et les citoyens pourront faire bouger le curseur politique vers cette problématique et contraindre ces candidats à prendre position à son sujet, hors des postures médiatiques et de la langue de bois.

Notre association ne présentera ni ne soutiendra quelque candidat ou candidate que ce soit : elle n’est pas un parti politique, mais un mouvement d’éducation populaire tourné vers l’action, et totalement impliqué dans la vie de la Cité. C’est de ce point de vue que nous nous adressons aux citoyennes et citoyens.

Dès sa fondation en 1998, Attac a identifié les politiques néolibérales menées partout dans le monde, et particulièrement en Europe et en France (quels que soient les gouvernements), comme la cause principale de la montée des inégalités, de la dislocation des sociétés par le chômage et par la précarité, de l’insécurité sociale, de la prolifération des conflits militaires et de la violence aveugle, de la montée des extrêmes droites racistes et xénophobes, ainsi que de l’accélération du saccage de l’environnement.

En 2005, par son travail d’analyse et d’explication, et par sa mobilisation sur le terrain, Attac avait joué un rôle déterminant dans la victoire historique du « non » au manifeste néolibéral qu’était le Traité constitutionnel européen (TCE). Certains tentent de l’effacer de la mémoire nationale, mais le potentiel d’espoir de ce « non » est toujours présent. Nous en sommes collectivement et individuellement dépositaires. Une rupture avec les politiques néolibérales ne se réduit pas à des considérations électorales, françaises ou autres. C’est un impératif de civilisation si nous voulons transmettre aux générations futures une planète encore habitable et vivant en paix, dans laquelle l’idée de démocratie ait un sens.